25 novembre : Journée internationale pour l'élimination de la violence à l'égard des femmes

A l’occasion de cette journée emblématique, l’ensemble de l’OPT-NC salue l’engagement de tous ceux et celles qui luttent pour changer les choses.

La violence à l'égard des femmes est un phénomène qui ne connaît ni frontière géographique, ni limite d'âge, ni race et concerne tous types de relations familiales et de milieu social.

Viols, agressions, harcèlement… les violences multiples sont des réalités tragiques pour des millions voire des milliards de femmes dans le monde. De cela, nous devons tous nous sentir responsables.

Lutter contre les violences faites aux femmes, c'est aussi mener un combat sociétal qui nous concerne tous : filles, garçons, femmes, hommes, enfants, parents. Se battre et inculquer l'égalité permettra de changer en profondeur les mentalités.

Face à ces violences nous nous devons de ne pas rester indifférent ou silencieux et profitons de cette journée pour vous sensibiliser et vous informer des dispositifs à votre disposition.

Engagé en faveur des personnes en situation de fragilité, nous déployons des dispositifs adaptés en soutien aux associations locales, avec la prise en charge totale des abonnements téléphoniques et des consommations associées aux numéros verts des 3 associations répondant aux appels d’urgence :

  • SOS écoute au numéro vert 05 30 30
  • SOS violences au numéro vert 05 11 11
  • ADAVI, au 27 76 08, également en charge de la réponse au dispositif du Très Grand Danger (TGD)
  • ALERTE SMS au 50 00 67 du gouvernement

Ces numéros d’urgence sont destinés aux victimes ou aux témoins de violences.

Ces dispositifs permettent de multiplier les entretiens téléphoniques et d’augmenter le nombre de personnes appelées. Quant au TGD, il protège à ce jour 3 victimes de violences conjugales.

Avec 52 % de notre personnel féminin, nous sommes plus que jamais attentif à la question des femmes, à leur sécurité et leur bien-être et portons au quotidien des actions concrètes en pleine responsabilité avec les valeurs d’une société plus humaine et concernée.

 

En savoir plus sur les dispositifs

Les violences subies par les femmes constituent l’une des violations des droits de l’homme les plus répandues dans le monde, 70% d’entre elles sont confrontées à des violences.

A travers ces dispositifs et de façon non exhaustive, l’Association pour l’Accès au Droit & l’Aide aux Victimes (ADAVI), dont les missions sont variées, a traité plus de 2 552 entretiens depuis janvier 2020 dont 300 par téléphone. SOS violences, a traité plus de 300 appels se référant aux violences faites aux femmes en général y compris aux filles ; quant à l’association SOS écoute, ce sont plus de 5 000 appels reçus dans l’année.

À côté de la réponse pénale aux violences faites aux femmes, de nombreuses actions sont aussi entreprises par ces associations afin de repérer et prendre en charge les femmes victimes de violences.