La direction des systèmes d'informations (DSI) de l'OPT-NC est sans doute celle qui souffre le plus d’un manque de compétences locales. Comme toutes les administrations et entreprises de haute technicité, l’office est à l’affût de quelques profils bien précis. Explications avec Laurent Derrien, DSI.

Dans quel contexte informatique évolue aujourd’hui l’OPT-NC ?

Laurent Derrien : Il s’agit d’un secteur en pleine évolution tiré par le développement considérable du digital. Ainsi, certains profils sont en carence partout. Quand je dis partout, je veux dire au niveau mondial tant les spécialistes peuvent être rares. Et, en Nouvelle-Calédonie, la loi sur l’emploi local ajoute une contrainte supplémentaire lorsque l’on recherche des profils d’ingénieurs titulaires d’un bac+5. L’OPT-NC a des besoins pour les métiers de l’informatique mais aussi pour ceux des télécommunications qui glissent vers des besoins en compétences informatiques. Il y a une standardisation des technologies de l’informatique et du digital.

La DSI, c’est un effectif permanent de xx personnes avec une dizaine de postes constamment à pourvoir.

Quels sont les profils que vous recherchez particulièrement ?

L. D. : Il est bon en effet de parler de profil avec certaines compétences. Nous avons notamment des besoins en matière de conduite de projets pour la construction d’une solution informatique. Et au-delà de la technique, il s’agit de compétences pour coordonner les acteurs du projet. Le développement du digital s’accompagne désormais de méthodes de travail dites AGILES, c’est-à-dire itératives et collaboratives, qui permettent le lien constant entre les différents maillons du projet et le client initial. On est plus dans un esprit de start-up désormais et c’est très motivant.

Il est néanmoins possible de parler de métiers ?

L. D. : L’OPT-NC est très intéressé par les métiers de chef de projets, scrum master, concepteur-développeur Java, intégrateur, architecte informatique, API manager. Ce sont des métiers très précis, des compétences de très haut niveau. Et nous savons déjà que nous avons besoin de spécialistes de la data (donnée) à court terme. Les jeunes Calédoniens intéressés peuvent se dire sans hésiter qu’ils trouveront un poste dans l’analyse des données ou l’intelligence artificielle.