Conseil d’administration du 27/05/20

Un conseil d’administration, présidé par Yoann Lecourieux, s’est déroulé le 27 mai à la direction générale dans le respect des gestes barrières. Parmi les délibérations majeures débattues et adoptées, on notera : l’examen des résultats financiers de l’OPT-NC pour l’exercice 2019 et le versement à la Nouvelle-Calédonie d’une large partie du résultat net 2019 de l’OPT-NC.

Dans un contexte économique difficile, l’OPT-NC a réalisé en 2019 un résultat net de 1,130 milliard FCFP porté par la croissance de ses recettes sur les 3 métiers, associée à la maîtrise de ses charges.

La hausse des recettes (+409 millions FCPF) s’explique principalement par l’augmentation du chiffre d’affaires généré par les offres mobiles, notamment via la nouvelle gamme les nouveaux forfaits M, lancée le 15 novembre 2019 et qui a rencontré un important succès commercial.

Par ailleurs, les efforts des équipes de l’OPT-NC sur la maîtrise des charges ont porté leurs fruits. En 2019, l’effet ciseau constaté ces dernières années a été contenu. La baisse des charges d’exploitation (-644 millions FCPF) est principalement sensible sur les coûts de communications internationales (roaming mobile), tandis que la masse salariale est stabilisée.

Ce résultat permet à l’OPT-NC de continuer à investir pour développer ses infrastructures métiers sur l’ensemble du territoire, à baisser ses tarifs pour mieux satisfaire ses clients, mais aussi à soutenir le tissu économique et associatif local.

Par ailleurs, une très large partie du résultat 2019 (850 millions FCFP) sera reversée au budget de la Nouvelle-Calédonie afin de soutenir les actions du pays dans cette période de crise sanitaire et économique. L’OPT-NC confirme son rôle d’un établissement public industriel et commercial de la Nouvelle-Calédonie, responsable et solidaire.

L’office doit toutefois maintenir ses efforts car son modèle économique reste fragile, avec un seul métier profitable, celui des télécommunications, les activités de service public postal et services financiers demeurant fortement déficitaires.

Les impacts liés à crise du COVID-19 doivent encore être affinés et intégrés dans des projections budgétaires 2020 actualisées.

Les recettes s’élèvent à 25,5 milliards FCFP (24,7 milliards FCFP en 2018) avec un chiffre d’affaires (CA) qui s’est redressé : + 409 millions FCFP par rapport à 2018, soit + 2 %.

Une augmentation qui touche les trois métiers mais principalement les télécoms (+ 387 millions FCFP) et plus particulièrement la famille « Mobilis et Liberté ».

Produit (en MFCFP) Réalisé 2017 Réalisé 2018 Réalisé 2019 2019 vs 2018
Montant Variation
Chiffre d'affaires 23 902 23 234 23 643 +409 +2%
Production immobilisée 481 663 661 -2 -0%
Produits de gestion courante 327 330 566 +236 +72%
Produits financiers 172 166 157 -9 -5%
Produits exceptionnels 72 109 162 +53 +49%
Reprise sur amortissements 244 197 352 +155 +79%
Total des produits 25 197 24 699 25 541 +842 3,4%

Une hausse du CA qui repose donc essentiellement sur le mobile et l’évolution rapide des besoins des Calédoniens en matière d’Internet.

Chiffres d'affaires par métier (en MFCFP) Réalisé 2017 Réalisé 2018 Réalisé 2019 2019 vs 2018
Montant Variation
Télécom 20 954 20 404 20 791 +387 +1,9%
Courrier 2 323 2 218 2 221 +3 +0,1%
Financier (banque)* 597 596 623 +27 +4,6%
Autres 28 16 8 -8 -50,8%
Total du CA 23 902 23 234 23 643 +409 +1,8%

 

*Partie «CA» de la banque, hors les «produits financiers» (rémunérations des comptes CCP et des livrets CNE).

Les charges s'élèvent à 24,4 milliards FCFP. Cette stabilité par rapport à 2018 a été permise par une baisse des charges d’exploitation (- 644 millions FCFP) dont la constante augmentation depuis 2015 pénalisait la performance de l’établissement.

L’explication de cette inversion de tendance repose principalement sur les fortes baisses du coût des communications internationales ; des dotations aux provisions et des impôts et taxes. Il convient de souligner les efforts réaliser par l’ensemble des métiers de l’office pour maîtriser les charges endogènes (masse salariale, charges de prestations extérieures).

A noter également les charges exceptionnelles s’élevant à plus de 278 millions FCFP, soit +213 millions FCFP par rapport à 2018 du fait de certaines créances passées en remises gracieuses.

Charges (en MFCFP) Réalisé 2017 Réalisé 2018 Réalisé 2019 2019 vs 2018
Montant Variation
Achats 840 980 1 081 +101 +10%
Services extérieurs 2 814 2 681 2 646 -35 -1%
Autres services extérieurs 1 207 1 033 994 -39 -4%
Impôts et taxes 1 859 1 774 1 688 -86 -5%
Frais de personnel 9 058 9 096 9 009 -87 -1%
Autres charges de gestion courante 1 729 1 627 1 289 -338 -21%
Frais financiers 170 168 147 -21 -13%
Charges exceptionnelles 95 66 279 +213 +323%
Dotations aux amortissements et aux provisions 6 347 6 509 6 236 -273 -4%
Prime intéressement 199 194 176 -18 -9%
Impôt sir les sociétés 674 291 865 +574 +197%
Total des produits 24 991 24 419 24 411 -9 0,0%

Les investissements s’élèvent à 6,8 milliards FCFP et enregistrent une baisse de 17 % (8,3 milliards FCFP en 2018).

Tout en se maintenant à un bon niveau, ce ralentissement marque le terme d’une politique de très forts investissements inscrits dans la stratégie du Plan OPT2017. Il confirme la transition vers les nouvelles orientations déclinées dans les incontournables stratégiques 2019-2023 de l’OPT-NC validés par le conseil d’administration en septembre 2018.

L’année 2019 a ainsi vu la révision de certains projets immobiliers et le décalage de certaines opérations. L’OPT-NC revient à un niveau d’investissements proche des moyennes observées avant 2016.

La capacité d’autofinancement de l’OPT-NC est solide et s’élève à 7 milliards FCFP contre 6,6 milliards FCFP en 2018 (+7%).

Si l'OPT-NC affiche en 2019 un résultat net de 1,13 milliard FCFP, la vigilance est le maître mot.

En effet, cette situation est due principalement au succès commercial exceptionnel des nouveaux Forfaits M et à des événements exogènes (dotations aux provisions et baisses des charges internationales). Cependant la fragilité du modèle économique de l’OPT-NC persiste avec un seul métier profitable, celui des télécommunications, les activités de service public postal et services financiers demeurant déficitaires.

Les projections à avril font état d’un résultat net 2020 estimé à 150 millions FCFP, hors impacts liés au COVID-19 et aux mesures d’accompagnement prises par l’OPT-NC pendant la période de confinement. Ces données doivent encore être affinées dans les prochains mois.

L’exercice 2020 devrait donc être moins favorable. L’office doit ainsi maintenir ses efforts engagés depuis 2018 pour améliorer sa performance économique et rester vigilant afin de pérenniser son avenir.

Dans la situation exceptionnelle que traverse le territoire du fait de la crise liée au COVID-19, les données financières actuelles de l’OPT-NC montrent sa capacité à répondre favorablement à la demande du gouvernement de reverser une partie de son résultat net 2019 au profit du budget de la Nouvelle-Calédonie.

Le conseil d’administration s’est ainsi prononcé à l’unanimité en faveur d’un versement de 850 millions FCFP à la Nouvelle-Calédonie, tutelle de l’OPT-NC, sur le résultat net 2019 de 1,130 milliard FCFP.

L’OPT-NC confirme ainsi la place qu’il occupe dans le paysage économique calédonien et son rôle d’acteur public responsable et solidaire.